Retour

Journée nationale de l’Audition : Carole Ercole de l’association AuditionSolidarité et Valérie Gerberon, audioprothésiste mécène, nous racontent les Rendez-vous solidaires

La déficience auditive est un handicap invisible. Pour les personnes en situation de précarité qui n’ont pas les moyens de s’équiper de prothèses, il ne fait qu’aggraver l’exclusion.

 

L’association AuditionSolidarité agit pour répondre aux besoins des personnes souffrant de déficience auditive. Avec la crise sanitaire, elle s’adapte pour continuer à mener à bien sa mission dans les meilleures conditions, grâce au soutien d’audioprothésistes mécènes. Interview de Carole Ercole, cofondatrice et codirigeante de l’association, et Valérie Gerberon, audioprothésiste.

Comment est née AuditionSolidarité et comment agissez-vous en France ?

Carole Ercole, cofondatrice et codirigeante de l’association

Carole : Nous avons créé l’association en 2008 pour recycler et revaloriser les appareils auditifs, ce qui n’existait pas en France, mais aussi appareiller les personnes sourdes et malentendantes les plus précaires, à la fois en France et à l’étranger lors de missions humanitaires. En France, nous avons eu du mal à démarrer les missions d’appareillage car nous étions confrontés à l’invisibilité du handicap : il était compliqué d’identifier les personnes en situation de précarité qui en avaient besoin. Jusqu’au jour où nous avons rencontré l’association Les enfants du Canal, à Paris, qui œuvre pour les personnes sans abri et avec qui nous avons organisé des missions pour aller au contact des plus démunis. Dès le départ, nous avons pu aller à la rencontre de bénéficiaires potentiels et le besoin a été confirmé. Depuis, nous avons développé ces actions pour appareiller les personnes qui n’ont pas de couverture sociale et les personnes qui n’ont que l’Aide Médicale d’Etat*, en nous appuyant sur des associations partenaires.

Parallèlement, nous sommes allés chercher des audioprothésistes mécènes. Nous avons frappé aux portes, une par une, car le mécénat n’était pas du tout connu dans ce secteur. Nous leur avons proposé un dispositif de “produit partage” : pour chaque prothèse auditive vendue, ils reversent 10 € à l’association. Nous leur avons également proposé de  collecter les appareils usagés pour nous les donner afin de les recycler dans notre atelier. Ceux qui ont adhéré nous sont fidèles et on peut aujourd’hui compter sur 200 audioprothésistes mécènes partout en France !

Avec la crise sanitaire, qu’est-ce qui a changé pour vous ?

Carole : Avant l’arrivée de la Covid-19, nos missions se déroulaient à Paris, Marseille et quelques autres villes plus petites. On y réunissait, sur un à trois jours et en un même lieu, tous les métiers de la chaîne auditive – ORL, audioprothésistes, fabricants d’embouts, orthophonistes – pour y appareiller des bénéficiaires identifiés grâce aux partenaires. À Paris par exemple, en deux jours, on voyait 110 à 120 personnes. Nous avions prévu de développer cela dans d’autres villes mais la Covid est arrivée, et avec elle les confinements et les mesures sanitaires complexes à mettre en œuvre pour ce type d’opération… Nous avons alors décidé, fin 2020, de créer les “Rendez-vous solidaires” pour équiper des bénéficiaires directement dans les centres des audioprothésistes mécènes. 

Valérie : Dans nos centres, les protocoles sanitaires sont aujourd’hui bien en place et l’on peut recevoir nos patients sans problème. C’est facile pour nous de mettre en place ces Rendez-vous solidaires. Cela demande en revanche une énorme organisation de la part de l’association : elle nous fournit une mallette contenant une vingtaine d’appareils, qui ont été reconditionnés dans son atelier, et puis elle se charge de contacter les associations locales susceptibles d’avoir parmi leurs bénéficiaires des personnes en situation de précarité qui auraient besoin d’un appareillage auditif.

On ne s’était pas lancés avant car nos mécènes nous apportent déjà énormément financièrement et humainement et on n’osait pas leur demander davantage. Mais cette période inédite nous y a poussés et finalement on s’est rendus-compte qu’ils étaient demandeurs !
Carole Ercole,
cofondatrice et codirigeante de l’association

Comment fonctionnent concrètement ces Rendez-vous solidaires ?

Rendez-vous audition solidarité
Valérie Gerberon, audioprothésiste et mécène d’AuditionSolidarité

Valérie : Lorsqu’un bénéficiaire est identifié dans une association, AuditionSolidarité fait l’intermédiaire avec nous et on convient d’un rendez-vous. C’est vraiment un dispositif de proximité : comme nous sommes mis en contact avec des bénéficiaires de notre territoire, ils peuvent ensuite nous solliciter si besoin. On les prend en consultation comme n’importe quelle autre personne, ils ont droit au même traitement, au même suivi. Grâce à ce dispositif, le réseau de mécènes dont je fais partie va pouvoir répondre aux besoins partout en France. 

Carole : C’est une toile d’araignée qui se met en place. Tout cela s’inscrit dans un parcours de soins classique et global. Le patient arrive avec son ordonnance – l’association ou l’assistante sociale qui nous met en contact s’est occupée de lui avoir un rendez-vous avec un ORL – et il suit le circuit classique. L’audioprothésiste prend l’empreinte de la ou des oreilles au cours du rendez-vous puis passe par son réseau habituel pour faire fabriquer un embout sur mesure, pris en charge par AuditionSolidarité. Pour le mécène, c’est une solution clé-en-main : il fait sa mission dans son centre, avec son protocole habituel, son propre matériel…

Comment se passe le démarrage de ce nouveau dispositif ? 

Carole : Nous avons à ce jour treize Rendez-vous solidaires en cours dans différentes régions et c’est en train de s’accélérer. Plus de 110 centres auditifs ont déjà adhéré à notre charte créée à cette occasion. On ne s’était pas lancés avant car nos mécènes nous apportent déjà énormément financièrement et humainement et on n’osait pas leur demander davantage. Mais cette période inédite nous y a poussés et finalement on s’est rendus-compte qu’ils étaient demandeurs ! Sur nos 200 mécènes, seule une poignée était mobilisée sur les missions d’appareillage ponctuelles, là on leur donne la possibilité de faire leur mission là où ils sont et où qu’ils soient implantés, pour répondre aux besoins de leur propre territoire. 

Valérie : Je confirme qu’en tant qu’audioprothésiste mécène, je n’attendais que ça car j’avais envie d’agir aussi localement. Même nos patients, quand ils voient que l’on soutient l’association, nous demandent parfois si on fait des choses ici. Grâce à ce nouveau dispositif, j’ai déjà pu prendre en charge un jeune géorgien qui a perdu sa couverture sociale et dont la prothèse auditive avait été volée. Je vais aussi finaliser bientôt mon deuxième Rendez-vous solidaire avec un jeune guinéen qui vient d’arriver en France et qui sera accompagné d’un traducteur. Il a 16 ans, il est scolarisé et mon rêve c’est qu’un jour il vienne me revoir et que l’on puisse échanger quelques mots en français. 

 

Pour en savoir plus

AuditionSolidarité est lauréat de l’appel à projets 2020 de la Fondation nehs Dominique Bénéteau. Grâce au recyclage d’appareils auditifs dans son propre atelier, l’association mène des actions pour équiper les personnes les plus démunies atteintes de déficience auditive. Pour découvrir le projet cliquez ici .

* L’Aide Médicale de l’État (AME) est un dispositif permettant aux ressortissants étrangers en situation irrégulière de bénéficier d’un accès aux soins, mais il ne couvre pas l’appareillage auditif.